La Mangrove

26 août 2015

Pause contrainte et forcée.

 

ordinateur-en-panne

 

Voila  tout est dit!!!

Mon ordinateur a rendu l'âme!!

donc je vous abandonne quelques jours.

Pfffffff  les retours de vacances ne sont pas toujours terribles !!! a tous points de vue

 

Je vous embrasse

 

MARIE

Posté par La Mangrove à 20:26 - - Commentaires [14] - Permalien [#]


25 août 2015

Lectures

 

IMG_3374

 

Bonjour,

Comme je vous l'ai dit j'ai beaucoup lu durant mon séjour dans le Var.

J'ai découvert un auteur que j'aime j'aime beaucoup

Carlos Ruiz Zafon

J'ai dévoré sa trilogie "le cimetière des livres oubliés"

 

l'om

 

Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, « ville des Prodiges » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier Gothique : le Cimetière des livres oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets « enterrés dans l'âme de la ville » : L'Ombre du vent. Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l'Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme ou les mystères s'emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafón mêle inextricablement la littérature et la vie.

le jeu

 

« Je t'emmènerai dans un endroit secret ou les livres ne meurent jamais et ou personne ne peut les détruire... »
Barcelone, années 1920. David Martin, dix-sept ans, travaille au journal La Voz de la Industria. Son existence bascule un soir de crise au journal : il faut trouver de toute urgence un remplaçant au feuilletoniste dominical. Sur les conseils de Pedro Vidal, chroniqueur à ses heures, David est choisi. Son feuilleton rencontre un immense succès et, pour la première fois, David est payé pour ce qu'il aime le plus au monde : écrire.
En plein succès, David accepte l'offre de deux éditeurs peu scrupuleux : produire à un rythme effréné des feuilletons sous pseudonyme. Mais après quelques années, à bout de force, David va renoncer. Ses éditeurs lui accordent alors neuf mois pour écrire son propre roman. Celui-ci, boudé par la critique et sabordé par les éditeurs, est un échec. David est d'autant plus désespéré que la jeune fille dont il est amoureux depuis toujours - et à laquelle le livre est secrètement dédié - va épouser Pedro Vidal.
Son ami libraire, Sempere, choisit ce moment pour l'emmener au Cimetière des livres oubliés, ou David dépose le sien. Puis arrive une offre extraordinaire : un éditeur parisien, Corelli, lui propose, moyennant cent mille francs, une fortune, de créer une texte fondateur, sorte de nouvelle Bible, « une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d'être tués, d'offrir leur âme ».
Du jour ou il accepte ce contrat, une étrange mécanique du meurtre se met en place autour de David. En vendant sa liberté d'écrivain, aurait-il vendu son âme au diable ? Épouvanté et fasciné, David se lance dans une enquête sur ce curieux éditeur, dont les pouvoirs semblent transcender le temps et l'espace.

 

 

cvt_Le-prisonnier-du-ciel_4774

Barcelone, Noël 1957. À la librairie Sempere, un inquiétant personnage achète un exemplaire du Comte de Monte Cristo. Puis il l'offre à Fermín, accompagné d'une menaçante dédicace. La vie de Fermín vole alors en éclats.

Qui est cet inconnu ? De quels abîmes du passé surgit-il ? Interrogé par Daniel, Fermín révèle ce qu'il a toujours caché.
La terrible prison de Montjuïc en 1939. Une poignée d'hommes condamnés à mourir lentement dans cette antichambre de l'enfer. Parmi eux Fermín et David Martín, l'auteur de La Ville des maudits. Une évasion prodigieuse et un objet volé.

Dix-huit ans plus tard, quelqu'un crie vengeance. Des mensonges enfouis refont surface, des ombres oubliées se mettent en mouvement, la peur et la haine rôdent.

Foisonnant de suspense et d'émotion, Le Prisonnier du ciel nous rapproche pas à pas de l'énigme cachée au cœur du Cimetière des Livres oubli.

Quatrième de couverture
Barcelone, 1957. La sonnette tinte sur le seuil de la librairie Sempere. Le client s'approche de Daniel en boitant. L'objet de sa visite ? Un magnifique exemplaire du Comte de Monte-Cristo... Qu'il laisse à l'attention de Fermín, en congé, accompagné d'un curieux message du passé... C'étaient les heures noires du franquisme : à la prison de Monjuïc, parmi les damnés du régime, Fermín portait le numéro 13. Les fantômes refont surface. Dans l'ombre, le Cimetière des Livres oubliés cache toujours son secret...

 

 

Bien qu'etant une trilogie, ces livres peuvent se lire séparément. Mais je vous conseille de les lire dans l'ordre, car nous retrouvons les personnages dans chaque livre.

J'ai beaucoup aimé l'histoire, la plume et le style de l'auteur. De plus tout se passe dans cette Barcelone que j'aime tant.

Je vous les recommande vivement.

 

Je vous souhaite une bonne journée.

Je vous embrasse fort

 

MARIE

 

 

Posté par La Mangrove à 11:28 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

24 août 2015

Retour !!!

 

IMG_3422

 

Bonjour,

Nous voici donc de retour. Après une superbe semaine dans le Var.

Très peu de photos.... nous avons complètement lâché prise nous consacrant à notre bien être et à notre repos.

Lecture , plage, et petits restos furent les mots d'ordre de nos vacances.

Ajouter à cela deux magnifiques rencontres. Une avec mon oncle et la tante qui habitent Marseille et que nous n'avions pas vu depuis 20 ans. Et un grand moment de tendresse et d'émotion avec ma Béa. Mais ça .... un billet y sera consacré.

 

Lundi nous sommes allés visiter Toulon. Mon mari y ayant habité un certain temps, quand il était dans la marine nationale, il voulait que son fils marche sur ses pas.

Nous avons donc pris le bateau pour la visite de la rade. Et pendant que je prenais quelques photos il s'est installé entre le père et le fils un beau moment de complicité.

 

IMG_3402

IMG_3413

IMG_3416

IMG_3421

IMG_3424

 

Après cette jolie balade venteuse nous avons pris l'apéritif sur le port. Et surprise qui arrive après leurs exhibitions de l'aprés midi

La patrouille de France!!  Allez je vais être franche avec vous je n'ai pas boudé mon plaisir. Ah le prestige des combinaisons de pilotes   LOL !!!

Ils ont été très sympa avec les enfants se prêtant avec le sourire aux séances photos.

Je ne mets pas de photos car je suis sensible à la protection de la vie privée et comme des enfants qui ne sont pas les miens sont sur mes clichés... je ne me permets pas de diffuser!!

Je vais reprendre le chemin de vos blogs. Je me suis très peu connectée durant cette semaine de vacances d'où mon absence de commentaires sous vos articles. Mais promis demain je reprends les bonnes habitudes.

Je vous embrasse de tout coeur.

Bonne soirée!!!

MARIE

Posté par La Mangrove à 12:06 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

14 août 2015

Vacances

 

Bonjour

Je vous laisse pour quelques jours direction

 

athezza-5276-020710

 

Prenez soin de vous, et à tout vite.

Je vous embrasse

 

MARIE

 

Pssss les gens

Tout le monde ne part pas en vacances moi je vous le dis!!!

Mais bon je vais garder la maison et il y aura plein de personnes pour s'occuper de moi.

8 jours sans mon "papounet d'amour " ça risque d'être long!!!!!

Enfin il parait qu'ils ont besoin de changer d'air et de se reposer  !!!!

Moi aussi !!!mais je ne suis pas du voyage!!! Pourtant la mer, le sable je pense que ça me ferait du bien . Sauf le voyage 800kms en voiture ça ne me branche pas!

Allez je retourne à mon triste sort!!!

Bonne journée les gens

Votre Guizmo qui vous aime

 

empreinte_de_patte_de_chien_sticker_ovale-rb359efb5aedc49b38ae38ca982635b0d_v9wz7_8byvr_512

Posté par La Mangrove à 10:42 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

02 août 2015

Kate MORTON

 

roses_010

Pour toi petite chérie!!!!

 

 

Bonjour,

Une nuit, lors de mes nombreuses insomnies je regardais une émission littéraire à la télé. Le sujet était intéressant. Les petites librairies dans les petits villages.

Chaque propriétaire expliquait comment leur était venue l'envie d'ouvrir leur petite boutique et citait un auteur qui l'avait particulièrement marqué.  Une jeune libraire a cité Kate Morton. Curieuse par nature je me suis rendue à Limoges et j'ai cherche cette auteure. Bien m'en a pris. J'ai tout de suite était séduite par la quatrième de couverture ,du seul que j'ai trouvé.

 

"Les heures lointaines"

 

51pzPLPpGBL

 

Lorsqu'elle reçoit un courrier en provenance du Kent qui aurait dû lui arriver cinquante ans auparavant, Meredith Burchill révèle à sa fille Edie un épisode de sa vie qu'elle avait gardé secret jusqu'alors. En septembre 1939, comme beaucoup d'autres enfants, Meredith avait été évacuée de Londres et mise à l'abri à la campagne. Recueillie par des aristocrates du Kent dans le château de Milderhurst, elle était devenue l'amie de l'excentrique et talentueuse Juniper, la cadette de la famille. Pourquoi Meredith a-t-elle dissimulé son passé à sa propre fille ? Et pourquoi n'est-elle pas restée en contact avec Juniper, devenue folle après avoir été abandonnée par son fiancé ? Afin de reconstituer le puzzle de son histoire familiale, Edie se rend au château de Milderhurst dont les vieilles pierres cachent plus d'un secret.

 

 

A la fin de ma lecture, je me suis empressée de commander les deux autres livres de Kate Morton.

 

"Les brumes de Riverton"

516dgMLItnL

 

" Au mois de novembre dernier, j'ai fait un cauchemar. On était en 1924 et je me retrouvais à Riverton ". Eté 1924 : au cours d'une grande soirée donnée au château de Riverton, le poète Roberr Hunter se suicide sous les yeux des soeurs Hartfort. Les deux femmes ne se reparleront plus jamais après le drame. Hiver 1999 : une jeune cinéaste prépare un film sur ce scandale des années 20. Il ne reste plus qu'un seul témoin vivant de l'époque, Grace Bradley, alors domestique au château. Mais Grace a changé de vie, tiré un trait sur Riverton et ses secrets, ou du moins le croit-elle. Car le passé lentement se réveille...

 

"Le jardin des secrets"

 

51VIWlIvX0L

 

En 1913, sur le port de Brisbane, en Australie, une petite fille de quatre ans est retrouvée abandonnée sur un bateau arrivant d'Angleterre, avec pour tout bagage une valise contenant quelques vêtements et un superbe livre de contes de fées. Recueillie par un couple, elle n'apprend son adoption que le jour de son vingt et unième anniversaire. Des années plus tard, Nell décide de partir à la recherche de son passé, en Cornouailles, au domaine de Blackhurst. A sa mort, sa petite-fille Cassandra poursuit cette quête et se rend à son tour en Angleterre afin de percer les secrets du domaine...
Dans Le Jardin des secrets, Kate Morton montre qu'elle sait comme personne entremêler les fils du passé et du présent pour tisser un extraordinaire roman qui célèbre avec finesse et poésie le pouvoir de l'imaginaire.

 

 

 

J'ai lu ces trois livres et j'ai pris beaucoup de plaisir. Une atmosphère "so british" comme je l'aime. Une étude des personnages très juste, et très intéressante. Des secrets comme peuvent en avoir de grandes familles. Je vous recommande vivement ces trois livres. Ce n'est pas de la littérature à l'eau de rose comme le laisseraient présager les titres. Vraiment un énorme coup de coeur.

 

 

Je voulais vous remercier aussi de votre gentillesse et ne ne pas m'avoir tenue rigueur de ce long silence.

Les vacances se profilent et tant mieux!!

je vous embrasse affectueusement

 

MARIE

 

Hep les gens !!!!!

Moi aussi je vous remercie , ce soir je suis très fatigué je me suis fait piquer à la patte par une guêpe . Saleté de bestiole!!!!

je suis tout flagada!!!  mais bon mon papounet d'amour a fait ce qu'il fallait.

Léchouilles !!!!

Votre Guizmo qui pense fort à ses amis qui sont dans la peine.

 

Posté par La Mangrove à 21:39 - - Commentaires [16] - Permalien [#]