80a2e98fd3ecddb958fab3bbf170d604_1

 

Bonjour,

Je vous espère en bonne forme. C'est vendredi  youpi !!!!! comme disent mes copines!!

Demain avec mon fils Yann, nous partons pour la foire du livre de Brive la gaillarde, je suis contente car il y a beaucoup d'auteurs que j'apprécie, entre autre

Gilles le Gardinier

Michel Bussi

Frank Thulliez

Frederic Lenoir

Bien sûr je vous raconterai....

 

Je vous en avais parlé il y a quelques temps j'ai participé à l'échange France étranger organisé par

STACY

le sort m'a désignée, Albena. Albena est bulgare, possède un très joli blog, et à des doigts de fée. Je vous conseille de lui rendre visite.

ALBENA

j'ai reçu son colis hier, et je m'empresse de vous montrer les petites merveilles qu'elle m'a fait parvenir. En plus elle a eu la gentillesse de m'envoyer par mail toutes les explications nécessaires à la compréhension de ses cadeaux .

 

IMG_1292

 

Alors la petite salière est remplie de Samardala. Le samadarla est un mélange de sel avec les feuilles d'une sorte d'aïl , on s'en sert pour manger avec des crudités (tomates, concombre) ou bien avec des oeufs durs.

index

Mélange fait maison avec les plantes du jardin de sa maman.

 

Le petit sac est du tchubritza.c'est un mélange pour assaisonner la viande, les pommes de terres, les haricots blancs.

tchubr

 

Dans l'autre petit bocal il y a de l'eau de rose. Albena est née à KAZANLAK, ville de la rose. Elle a ajouté au flacon d'eau de rose , un savon à la rose. Quand on connaît l'amour que j'ai pour les roses, nous trouvons toutes deux que le hasard à drôlement bien fait les choses.

084_001_Kazanlyk

084_004_Kazanlyk

La ville de Kazanlak se trouve dans le centre géographique de la Bulgarie, dans la partie ouest de la vallée de Kazanlak. Avec une population d’environ 82 000 personnes, la ville, centre de la vallée des roses et des tsars thraces, est une destination touristique prisée. Elle abrite la plus grande tombe thrace qui est aussi la mieux préservée en Bulgarie, ainsi que le musée de la rose. La tombe de Kazanlak est inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. La région de Kazanlak comprend deux réserves et cinq sites protégés, une multitude d’œuvres incroyables de la nature et des forêts centenaires. La ville se trouve dans la périphérie de la plus grande réserve du Grand Balkan : Dzhendema. D’une beauté exceptionnelle, elle fait partie du parc national du Balkan central. Les limites du parc s’étendent à l’ouest tout près de la ville de Kazanlak.
Rosa Damascena, le rosier de Damas, est la plus grande richesse de la région de Kazanlak où elle fut apportée de l’Asie il y a quelques centaines d’années pour devenir aujourd’hui l’un des symboles de la Bulgarie. Sous l’effet des conditions climatiques et du sol, elle a graduellement mué pour devenir une espèce à part différente des rosiers oléagineux élevés dans les autres pays. Ce fut ainsi qu’au début du XIXe siècle elle obtint le nom de rosier oléagineux de Kazanlak, et la vallée au pied du Balkan fut nommée la Vallée des roses.
Non seulement la production mais aussi le commerce de l’essence de rose joua un rôle primordial pour la subsistance et pour la prospérité des gens de cette région. Les premiers commerçants exportaient de l’essence de rose en Allemagne et en Autriche-Hongrie en 1771 et les années suivantes.
Le musée de la rose fut inauguré en 1984 avec une partie des objets du Musée historique de la ville. Son exposition occupe trois salles principales où sont présentés des documents originaux et des photos portant sur le développement de la production des roses durant l’époque du Renouveau (XVIIIe-XIXe siècles) et au début du XXe siècle, des outils utilisés dans les jardins, des récipients destinés à la conservation et à l’exportation d’essence et d’eau de roses. Le musée de la rose suscite un vif intérêt parmi les touristes bulgares et étrangers. Le site ethnographique de Kulata, à 1 km seulement du centre-ville, raconte davantage sur la production de l’essence de roses. Sur réservation, vous pouvez assister à des reproductions de vieilles traditions locales ainsi que goûter des plats et des boissons divers produits à la base de la rose du pays.
Aujourd’hui encore la cueillette de roses, accompagnée de diverses fêtes, est parmi les plus importants événements de la Vallée des roses en Bulgarie.
La Fête des roses, consacrée à la beauté et aux fleurs, est parmi les festivals bulgares les plus remarquables. Elle fut organisée pour la première fois en 1903 ; dès lors elle a traditionnellement lieu durant le premier week-end du mois de juillet, la période de floraison de la rose oléagineuse de Kazanlak. Aujourd’hui, la Fête de la rose est une festivité internationale qui amuse des milliers de touristes. Son programme comprend l’élection et le couronnement de la Reine des roses, les traditions de la cueillette et de la bouillie des roses, une marche-carnaval, le festival international de folklore « La jeunesse des Balkans ».
Parmi les curiosités de la ville figure la maison de Dimitar Chorbadzhiiski, dit Chudomir (1890 – 1967), célèbre écrivain, peintre et activiste bulgare. Elle fut proclamée musée en 1968, un an après la mort de l’écrivain. La maison a obtenu le statut de monument historique de la culture d’une importance nationale avec le protocole n°15 du Conseil national pour la préservation des monuments culturels du 3 décembre 1998. Le site du musée dans son aspect actuel fut inauguré en 1979 : il comprend la maison de Chudomir et une exposition d’objets et de documents qui occupe trois salles d’une superficie totale de 300 m² où sont préservés plus de 15 000 manuscrits originaux, des dessins, des esquisses, des lettres, des livres et des objets personnels ayant appartenu à Chudomir et à son épouse, le peintre Mara Chorbadjiiska. C’est l’unique musée de l’art littéraire en Bulgarie, siège de la prestigieuse fondation culturelle Chudomir.
Kazanlak vous proposera toutes sortes de loisirs : vous pouvez vous reposer, découvrir la région, vous amuser. La Vallée offre beaucoup en termes de confort et de services : les hôtels de la ville et sa région, l’atmosphère familiale et détendue des maisons de touristes dans les villages ou encore la fuite et l’isolement du quotidien dans le calme des forêts et des chalets.
Les restaurants proposent une grande variété de plats. Les maisons de touristes proposent des plats maison préparés avec des ingrédients cueillis dans les jardins des propriétaires.
Kazanlak et sa région offrent beaucoup de possibilités pour des randonnées touristiques : dans la Vallée des roses et les sites historiques, la randonnée dénommée Kran-Buzludzha.
Des tours de la vallée des tsars thraces sont organisés pour faire decouvrir les temples et les tombeaux des tumulus d’Ostrusha, Golyama Kosmatka, Golyama Arsenalka, les Griffons, Helvetia, Shushmanets et la Sainte. Les trouvailles uniques qui y furent découvertes sont exposées dans le Musée historique Iskra.

 

 

LA BULGARIE, LE PAYS DES ROSES

 Au cœur du pays, sur un territoire de 3 200 ha (la longueur est à peu près 130 km), entre  les monts Balkans et la chaîne montagneuse de Sredna gora, s’étendent à perte de  vue de grands champs couverts de roses dont l’huile essentielle coûte plus chère que l’or. C’est la fameuse Vallée des roses. Mais la Bulgarie n’est pas son pays d’origine.La rose fut transportée de Perse sur les terres bulgares par la Turquie, au XVIIIe siècle.
C’est en Bulgarie que la teneur de la rose oléifère a le plus d’essence et la meilleure qualité. Il s’agit d’ailleurs de la première place mondiale pour la production et l’exportation.
La rose est devenue aujourd’hui l’un des symboles de la Bulgarie. Il s’agit d’une variété connue sous le nom de Rosa Damascena (le rosier de Damas),  plus récemment appelée la rose de Kazanlak (ville bulgare ou la rose a été plantée pour la première fois).

Sous l’effet des conditions climatiques et du sol, elle a graduellement mué pour devenir une espèce à part, différente des rosiers oléagineux cultivés dans les autres pays. C’est ainsi qu’au début du XIXe siècle  elle obtint le nom de rosier oléagineux de Kazanlak. Parmi les 5000 sortes de roses qui existent au monde, seule la rose bulgare ou la Rosa Damascena parvient en effet  à donner une essence de grande qualité. Ayant l’unique pouvoir d’harmoniser les senteurs les plus contradictoires, elle constitue, pour les spécialistes, l’une des composantes les plus subtiles de la haute parfumerie. La qualité de l’essence de rose est un secret  national!
Après la distillation, l’huile de roses est gardée dans des bouteilles scellées par un cachet de cire (dont il n’existe qu’un seul exemplaire, fabriqué il y a 70 ans) pour éviter les fraudes et les contrefaçons. Elle est transportée dans des récipients de cuivre et conservée à la Trésorerie nationale, à Sofia.

L’essence de rose bulgare est parmi la plus recherchée sur les marchés internationaux. La fabrication d’essence de rose synthétique n’a d’ailleurs pas diminué l’importance de l’essence de rose naturelle. La Bulgarie en produit une quantité considérable.
Christian Dior, Chanel, Yves Saint Laurent, Paco Rabanne, Bulgari, Kenzo….Ce ne sont que quelques-unes des plus célèbres marques qui utilisent l’huile essentielle de rose bulgare pour leurs parfums et leurs produits cosmétiques. Elle donne une grande longévité et un arôme très spécifique et agréable.
La France est le client principal de la Bulgarie pour les parfums et les produits cosmétiques. La deuxième place occupée par les Etats-Unis paraît plus surprenante : les Américains utilisent l’huile de rose pour  lubrifier les vaisseaux et les navettes spatiales car elle résiste à toutes les températures. D’autres clients réguliers sont le Japon, l’Irlande, l’Allemagne, l’Angleterre, les Pays-Bas, la Suisse, l’Autriche, etc.   

Vers la fin du mois de mai et au début du mois de juin, la Vallée des roses commence à vivre selon un rythme bien spécial.
Dès 5h du matin, des milliers d’ouvriers saisonniers quittent les villages des alentours pour se diriger vers les champs de roses. La cueillette commence à l’aurore et se termine vers 9 h du matin, avant que le soleil ne sèche la rosée, afin que la fleur conserve sa fabrication et garde tout son parfum. De grands sacs remplis de pétales sont ensuite acheminés vers les distilleries où est extraite la célèbre huile essentielle de rose.

Pour obtenir un litre d’huile, 3500 kg de pétales de roses rouge ou 5000 – 6000 kg de roses blanches sont nécessaires. Etant donné qu’un ouvrier expérimenté ne peut cueillir qu’une trentaine de kg par jour, le prix de l’huile est très élevé.

Un festival annuel majeur a lieu dans la Vallée des roses au moment de la cueillette autour du thème de la reine des fleurs. Chaque année, depuis 1903, le dernier week-end du mois de mai, ou le premier du mois de juin à Kazanlak, Karlovo et dans les villes environnantes, est organisée la fête de la Rose. Elle signale le début de la cueillette.
C’est le meilleur moment pour visiter la région. Les roses de la Vallée sont en fleurs, plusieurs ensembles folkloriques apportent gaîté et bonne humeur, des cortègent traversent les villes. Vous pouvez assister à des reproductions d’anciennes traditions locales et goûter à des plats et des boissons créés à base de la rose bulgare. La fête s’organise habituellement entre 24 mai et le 10 juin.
Les voyageurs qui  visitent la Vallée des roses pendant cette période assistent à une imposante cueillette. Ils viennent à l’aube car les pétales de roses doivent garder la rosée du matin, dans des champs qui se confondent à perte de vue.
Les femmes vêtues du costume traditionnel et coiffées d’une couronne de roses remplissent leurs corbeilles d’osier qu’elles portent sur leurs épaules. Cette cueillette récoltée à la main, permet de replonger dans les coutumes ancestrales et de voyager dans le temps.
Vraie féerie de couleurs, de chants et de danses, la fête menée par le personnage du roi Seut III (le grand roi thrace de IV-e s. Av J.C.), se déroule dans les rues de la ville et aux alentours avant de finir par le couronnement de la Reine de la Rose, la plus belle jeune fille de Kazanlak.

La fête se termine par de grands feux d’artifices. Ce festival permet d’assister non seulement aux rites de la cueillette mais aussi aux démonstrations de distillation d’essence de la fleur; un vrai partage d’authencité. 
Les participants du rituel aux couleurs chatoyantes font revivre les pratiques et illustrent les traditions, des artisans et des fabricants de produits à partir de l’essence de rose exhibent leur assortiment. Pendant toute la cueillette de la fin du mois de mai jusqu’à la fin du mois du juin, des formations folkloriques des villages proches de Kazanlak reconstituent le rituel de la cueillette des roses dans les massifs en plein champ.

Cette année la fête des roses à Kazanlak aura lieu le vendredi 6 juin et sera un Festival international des danses folkloriques. Parmi les thèmes proposés il y aura aussi une démonstration du « pain des  Bulgares »

 

Elle m'a aussi fait parvenir un cd "le mystère des voix bulgares", et à la première écoute j'ai beaucoup aime.

Le-Mystere-Des-Voix-Bulg-Le-Mystere-Des-Vo-477115

 

Le Mystère des voix bulgares ou Bulgarian State Television Female Vocal Choir est un chœur bulgare a cappella formé en 1952 et ayant acquis une renommée mondiale en alliant répertoire traditionnel et arrangements modernes.

Il fut créé en 1952 comme le chœur de la télévision et radio nationale bulgare par Philip Koutev, et il est actuellement dirigé par Dora Hristova.

Les chanteuses sont sélectionnées dans les villages pour la clarté de leur voix. Elles reçoivent ensuite une formation intensive à la musique bulgare. Le style est caractérisé par la diaphonie, et la dissonance (nombreux intervalles de seconde, septième et neuvième), l'échelle modale, le rythme syncopé, etc et qui est totalement différent de la musique grecque ou ottomane.

Leurs premiers enregistrements sont l'œuvre de l'ethnomusicologiste suisse Marcel Cellier. Ils ont reçu un Grammy Award en 1989 pour le second album.

Trois solistes éminents ont créé le Trio Bulgarka, audible dans les albums de Kate Bush : The Sensual World et The Red Shoes.

En 1992, le chœur s'est séparé en deux, l'un pour la radio, Angelite - The Bulgarian Voices, l'autre pour la télévision, le Chœur féminin de la télévision d'État bulgare.

 

Le colis devait contenir un ouvrage fait main. Albena m'a donc envoyé un serviette brodée aux motifs traditionnels bulgares qui représentent des roses stylisées. Une petite merveille tant dans les dessins que dans les couleurs.

 

IMG_1294

 

 

Un grand merci Albena pour m'avoir fait découvrir ton pays, et j'avoue que tu m'as donnée envie d'y aller.

Un énorme merci à toi Stacy pour avoir organiser cet échange formidable, qui m'a permis d'agrandir mes connaissances, et de rencontrer Albena, une belle découverte!!

 

Je vous souhaite un excellent week end. A tout vite pour vous raconter la foire du livre

Je vous embrasse fort.

N'oubliez pas profitez de la vie, dites je t'aime, et soyez heureux

 

MARIE